Téléphoner #7 - Patrick David (Two Gentlemen)

Date: 30. Juni 2020

Time: 14.30


300 !

Patrick vient d'apprendre par la SMPA (Swiss Music Promoters Association) que la limite de 300 spectateurs pour les concerts restera en vigueur encore longtemps. C'est une perspective difficile pour l'avenir et qui ne permet pas de vision claire pour l'automne 2020: il reste compliqué de planifier, en cause la dépendance aux décisions politiques, les risques sont trop importants. Au mieux, les concerts pourront avoir lieu en position assise, mais debout avec plus de 300 personnes reste incertain. Cette incertitude en matière de planification va se poursuivre cet automne et certainement en 2021 en fonction de l’évolution de la situation. Des options pour les artistes continuent à être prises avec les salles, avec le risque qu’elles soient annulées en dernière minute. Les concerts des artistes* de Two Gentlemen ont été reportés une première fois de mars à juin, puis à septembre, puis au printemps 2021, parfois même à l'automne 2021. 153 concerts ont déjà dû être annulés pour ces artistes*. Les producteurs de concerts ne souhaitent pas s’engager, notamment à l’étranger, car la situation reste instable et instable, avec des consignes sanitaires qui évoluent mois par mois, et même par semaine, en fonction de la situation.

La cas de "super-disséminateur" qui s'est produite à Zurich soulèvera d'autres problèmes, des questions et entraînera probablement des fermetures ou des conditions plus sévères. Les musiciens* souhaitent jouer et ont en même temps se posent de nombreuses questions : les responsabilités, les risques, le format, etc. Les circuits internationaux sont très difficiles à aborder et compliqués. Tous ces points sont débattus régulièrement entre Two Gentlemen et les artistes dont ils s’occupent : qu’en est-il des quarantaines, les avions volent-ils ? De nombreuses questions restent sans réponse.

Newcomers

Pour les nouveaux artistes, c'est doublement difficile. Ils sont dans l’attente de pouvoir se lancer et bien évidemment cette attente engendre une certaine frustration. Le travail de mise en place dont un nouvel artiste a besoin : marketing, contacts, relations publiques, présence sur les réseaux sociaux, est difficile à planifier à moyen terme. Sans visibilité, sans concerts et sans actualité, une couverture médiatique est plus difficile. Bien sûr il est possible d’offrir des concerts en direct aux adeptes et fans, mais cela nécessite des investissements élevés en termes de personnel et de finances. Pour le développement d'un artiste*, mettre en place une stratégie à une niveau efficace et développé est nécessaire. Pour un artiste confirmé, réunir du public lors d’un concert en streaming est relativement facile, pour un nouveau venu par contre, le streaming n'est guère une alternative, il est encore largement méconnu et aura de la difficulté à réunir un public. Sans compter les moyens nécessaires, permettant d’offrir image et son de qualité.

Situation précaire pour les artistes - la musique n'est pas un hobby

De nombreux musicien.nes ont produit, enregistré, etc. ces deux dernières années. Si les concerts ne peuvent prendre place pour promouvoir ces créations, cela sera en vain. Cette situation les fragilise, les mets dans une situation précaire. De plus, il n'y a pas de lobby politique, pas de syndicat vraiment fédérateur, la scène musicale est très fragmentée. En Suisse, il est difficile de vivre de la musique de toute façon. Cette situation aggrave le problème.

Est-ce que ce n'est pas aussi une chance pour les artistes suisses, les musiciens internationaux ayant annulé leurs tournées ?

Oui, les artistes locaux sont bien sûr disponibles, mais un seul concert ne suffit pas, il reste un élément de stratégie isolé, qui manque de visibilité. Les musiciens plus établis et plus connus pourraient également occuper toutes ces plateformes de développement au détriment des artistes* moins reconnus Ce n’est donc pas forcément un développement de bon augure pour les artistes locaux.

Comparaison internationale

En France et au Canada, le soutien par les bureaux d'exportation fonctionne beaucoup mieux. Cela est lié à une certaine tradition et certainement aussi à l'importance du marché de la musique. La phase de création des créateurs de musique est également soutenue financièrement, les agences et labels reçoivent également des subventions de l'État. (28.09.2020 développement récent sur le soutien des artistes en France : https://next.liberation.fr/musique/2020/09/24/quand-une-cour-europeenne-acheve-la-musique-francaise_18004299)

Il est extrêmement important de soutenir le processus créatif, cela permet de réduire la pression sur le développement. En Suisse, les tournées internationales sont souvent soutenues, ce n’est hélas pas le cas pour le processus créatif qui les précède. Pour les concerts sans public, le live n'est qu'une partie du développement d'un artiste*. Il faut d'abord faire du marketing, développer la visibilité dans les médias avec des relations publiques. Le live vient ensuite, sinon le public ne suit pas. Avoir un bureau d'exportation solide serait utile.

The show must go on

Il est difficile pour Patrick de prévoir ce qui se passera dans les prochaines semaines. Il essaie de rester patient, malgré la situation floue et incertaine - "cela reste compliqué". Patrick travaille dans le music business depuis 30 ans, il n'a jamais eu à annuler autant de concerts, ce qui est très difficile : autant moralement et qu’émotionnellement, et bien entendu cela impacte sa PME. « Cela continuera à être difficile, toutefois «The show must go on, les artistes* veulent jouer! Nous faisons tout notre possible pour les soutenir et trouver des solutions.»

Links:

Two Gentlemen : https://www.twogentlemen.net

SMPA : http://www.smpa.ch/